Le monde du marketing croule sous les termes pour évoquer le marketing du bouche à oreille : Buzz marketing, Engagement marketing, marketing d’influence, marketing viral, etc… tout d’abord il faut dire qu’à force, il est facile de s’y perdre et de ne plus savoir qui est qui.

Le bouche à oreille

Le bouche à oreille est un phénomène de recommandation de manière orale et spontané d’un produit (d’une entreprise, d’une marque, d’un service, etc…). Le bouche à oreille a un effet de recommandation et positif. Bien évidemment celui-ci peut être une mise en garde et avoir un effet négatif. Le but est de donner envie aux gens de parler de votre produit

Le marketing viral

Le marketing viral est une technique visant à faire la promotion d’un produit (d’une entreprise, d’une marque, d’un service, etc…) via un message impactant. Celui-ci se diffuse alors de personne à personne. La notion de viral est dû au fait qu’il se diffuse comme un virus.

Le message n’est pas intrusif, ni interruptif comme de la pub classique. Le message est un savant mélange d’humour, de provocation, voire d’un peu petit de sexe. Le format est souvent une vidéo virale, mais peut être un email ou un petit programme à télécharger.

Dernièrement une vidéo montrant une cantine entière victime d’un plaisantin ayant mis du laxatif très puissant dans la boisson. Cette vidéo s’est retrouvée diffusé par toutes les personnes l’ayant visionnée, l’on diffusé à leur tour. Finalement super coup de com de la part de Netflix pour la saison 2 d’American Vandal.

Le Buzz marketing

Une autre technique générant du bouche à oreille est le buzz marketing. Cette tactique consiste via un événement vers la cible (souvent un consommateur) à l’aide d’un évènement ou une action exceptionnelle. Cette action n’est pas aussi simple qu’on peut le penser. Il y a un savoir-faire à posséder pour réaliser et surtout réussir un tel événement. Les marques ou les enseignes font appel à des boites de communication spécialiste pour l’organisation et la gestion.

Prenons l’exemple du site de chaussure sarenza.com qui a organisé le premier championnat national de course en escarpins avec l’agence Dcontract. Succès immédiat, ce fut relayer partout et cela est de nouveau événement mode important. Le Paris est totalement puisque tous les ans, l’attente pour cette course (et ce rendez-vous de mode).

Dcontract a bien cette mécanique en 3 étapes :

  • relier l’événement avec les relations presses pour créer le buzz,
  • inviter de nombreux comme des journalistes et des blogueurs
  • diffuser l’événement au maximum de personnes possibles (emailing, réseaux sociaux, etc…)

Le marketing d’influence

Le marketing d’influence est quant à lui le regroupement du seeding et le Community Management. Le seeding qu’on peut traduire par « ensemencement » est la méthode consistant à créer du bouche à oreille via des personnes influentes en leur proposant de tester des produits par exemple à des bloggeurs. Et le Community Management a pour objectif de générer du bouche à oreille des communautés web. Ces espaces sont les réseaux sociaux comme les sites Facebook, Twitter, Instagram, Google+. Le Community Manager est la personne gérant la communication d’une marque sur ces réseaux sociaux. Celui-ci sait donc les maîtriser mais des accidents arrivent régulièrement.

Pour conlure sur le buzz

Force est de constater que le buzz est tout un art de la communication. Le résultat peut être bénéfique au-delà des espérances mais attention aux accidents de communication. La situation voulue se retrouve au final être à l’opposé de ce qui était attendu. Ce retournement de situation est un bad buzz, donc méfier avant de vous lancer dans du marketing bouche à oreille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *